Rites funéraires: tous obéissent à 4 grandes règles

C’est un fait: nous n’appréhendons pas tous la mort de la même manière. Chaque culture ou presque a d’ailleurs ses propres rites funéraires. La façon dont nous rendons hommage à un défunt chez nous peut donc s’avérer tout à fait différente à l’autre bout du monde. Nos habitudes en la matière peuvent dès lors choquer les autres civilisations, et inversement. Néanmoins, il semblerait que nous obéissions toutes et tous à quatre grandes règles. Explications. Rites funéraires: tous obéissent à 4 grandes règles

Les rites funéraires à travers le monde

S’il nous paraît tout à fait normal de dire à dieu à nos défunts comme nous avons l’habitude de le faire, il convient de noter que, dans certaines régions du monde, il en va parfois tout à fait autrement.

En Afrique, par exemple, les Dogons exposent leurs morts à l’air libre au sein des failles des falaises, falaises faisant là-bas office de cimetière. Quelques mois après le décès, des funérailles sont alors organisées, permettant à l’âme de ce dernier de quitter la maison familiale. Tous les 3 à 5 ans, une cérémonie collective est enfin mise en place et permet alors aux âmes des personnes mortes dernièrement de rejoindre les ancêtres.

Au Tibet, si inhumation ou incinération sont aujourd’hui préférées, les corps des défunts ont longtemps été offerts comme nourriture aux rapaces, symbole d’un non-attachement au corps.

Vous l’aurez compris au travers de ces deux exemples, les rites funéraires peuvent fortement varier d’une région à une autre.

Rites funéraires: 4 constantes

Néanmoins, il semble possible de toujours identifier quatre grandes constantes:

  • Le soin apporté au défunt: maquillage, habillement ou embaumement: nous nous attachons habituellement à modifier l’apparence de nos défunts.
  • Le départ du monde des vivants: le départ du monde des vivants peut se caractériser de différentes façons: inhumation, crémation, mise à l’écart, etc.
  • L’arrivée dans le monde des morts: le défunt, une fois sorti du monde des vivants, intègre, symboliquement ou non, le monde des morts, rejoint les ancêtres.
  • La commémoration: chaque année ou à intervalle plus ou moins court, les vivants rendent hommage à leurs morts. Chez nous, cela se caractérise par la fête de la Toussaint.

Il vous faut dire au revoir à un être qui vous était cher? À la recherche de pompes funèbres dans les environs d’Amay? Funérailles Noël.

Laisser un commentaire sur cette article de presse