L’argent colloïdal, quel avenir ?

Malgré les nombreuses études scientifiques qui mettent en avant l’efficacité de l’argent colloïdal en tant que remède, force est de constater que son avenir reste incertain. Certes, au niveau du grand public, il a gagné en popularité avec le développement d’une médecine que l’on pourrait qualifier de parallèle. Toutefois, au niveau des autorités administratives, médicales et même pour les grands noms de l’industrie pharmaceutique, l’engouement pour ce remède n’est pas au rendez-vous.

L’intérêt du public pour l’argent colloïdal

À l’heure où l’on parle, on assiste à un regain d’intérêt du grand public pour l’argent colloïdal. En effet, depuis l’apparition de l’antibiotique, la solution d’argent a été jetée aux oubliettes. Toutefois, suite à la prise de conscience de nombreuses personnes sur les limites de la médecine conventionnelle, on voit se développer une médecine dite parallèle, plus ouverte. De plus, grâce au développement des systèmes de communication, il est à présent plus facile d’accéder aux résultats des recherches menées par les scientifiques sur les vertus de la solution d’argent. L’engouement pour ce remède utilisé par l’homme depuis plus de 6000 ans est certain. Pour les plus optimistes, d’ici peu, il deviendra l’un des éléments les plus classiques de l’armoire à pharmacie. Mais avant d’en arriver là, informer le grand public des bienfaits de ce remède reste le plus grand défi des fabricants, comme l’Institut Katharos, et des personnes qui ont pu constater son efficacité. D’autant plus que les opposants à ce remède sont nombreux.

L’hostilité des autorités à l’encontre de l’argent colloïdal

Malheureusement, l’argent colloïdal a encore beaucoup d’opposants. Les plus importants d’entre eux sont les autorités administratives et médicales. Ces entités voient dans ce remède une menace pour la médecine conventionnelle, mais aussi une menace pour les industries pharmaceutiques. C’est pour cette raison que les tentatives menées par les autorités compétentes pour interdire l’utilisation de ce remède sont devenues monnaies courantes, même dans les pays où l’on peut voir une hausse de sa popularité. C’est aussi le cas pour la France avec l’interdiction du mode d’administration par voie orale de ce remède depuis 2010. Notons cependant que les données recueillies par l’Institut Katharos montrent clairement l’absence d’effets secondaires quant à l’utilisation de ce remède, à travers toutes les modes d’administration possible. De plus, les produits qu’il propose, d’une concentration de 40 PPM, sont totalement naturels et sont faits à partir d’une eau ultra-pure type 1, la plus pure disponible en France.

Laisser un commentaire sur cette article de presse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.