Google Traduction et ses couacs: retour sur l’actualité

Des innovations aussi impensables que réelles

Le monde évolue à mesure que nos connaissances de celui-ci se développent. Certaines innovations, pourtant impensables il y a une poignée d’années d’ici, font aujourd’hui partie intégrante de notre quotidien. Qu’auraient en effet pensé nos ancêtres si on leur avait dit que, quelques dizaines d’années à peine après leur disparition, nous serions désormais en mesure de prendre des photos, de téléphoner et bien d’autres choses encore au départ d’objets aussi petits qu’un smartphone? Qu’auraient-ils pensé s’ils avaient su que leur descendance roulerait dans des voitures 100% autonomes? Serait capable de créer des objets en trois dimensions au départ d’imprimantes? De continuer à vivre au travers d’un coeur artificiel? De téléporter des atomes? Nous auraient-ils seulement cru? Peu de chance. Et pourtant…

Si le monde est en perpétuelle évolution, il y a cependant fort à parier que nous n’en soyons qu’aux prémices de nos découvertes…

La technologie et la traduction

À l’heure actuelle, s’il est un secteur actuellement soumis aux évolutions, c’est bel et bien celui de la traduction. Les barrières inter-culturelles tendent à tomber, ne reste bien souvent qu’un seul obstacle: celui de la langue. Pour y pallier, les interprètes et traducteurs travaillent d’arrache-pied, mais ils ne sont pas les seuls. Ingénieurs et autres spécialistes s’emploient de leur côté à toujours plus perfectionner les logiciels de traduction instantanée.

Si les améliorations sont notables, elles ne demeurent toutefois pas exemptes de nombreuses erreurs, approximations et autres couacs. Si l’humain (entendez ici, les traducteurs et interprètes), ne sont, eux non plus, pas à l’abri de commettre l’une ou l’autre bourde, ils ont néanmoins l’avantage de maîtriser contexte, ironie et langage à la perfection. Ce qui n’est pas encore le cas des machines. Car le langage est complexe. Il est en la matière quantité de variables à prendre en compte. Il convient donc, du moins à l’heure d’aujourd’hui, de ne pas complètement se reposer sur elles, sous peine de dommages…

Google Traduction au centre d’une affaire de drogue

Google Traduction et ses couacs: retour sur l'actualité

En témoigne d’ailleurs un événement survenu il y a peu aux États-Unis. Un résident américain, d’origine mexicaine, s’est fait interpeller au volant de sa voiture en septembre. Après interrogatoire et avant la fouille au corps, il avoue aux policiers posséder sur lui la coquette somme de 77.000 $. Les forces de l’ordre, perplexes, lui demandent alors, comme c’est l’usage aux USA, l’autorisation de fouiller sa voiture. Celui-ci refuse, comme tel est son droit. Les policiers s’empressent néanmoins de procéder à la fouille, fouille durant laquelle seront découverts non moins de 6 kilos de drogue.

Le contrevenant se défend d’avoir autorisé un tel acte. À l’origine de la mésentente: Google Traduction. L’homme qui ne parlait qu’espagnol, n’a échangé exclusivement avec les policiers, anglophones, qu’au travers de l’outil de Google. L’application, censée traduire “Puis-je fouiller la voiture?” depuis l’anglais “Can I search the car?” a fourni un résultat approximatif: “Puedo buscar el auto?”, signifiant “Puis-je chercher la voiture?”. L’Américano-mexicain a dès lors pu purement et simplement invalider la procédure sous prétexte qu’il de n’avoir jamais autorisé la fouille de sa voiture, mais bien d’aller… la chercher. Une situation cocasse, qui a néanmoins permis à un dealer de s’en sortir sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Situation qui ne se serait jamais produite si les policiers avaient recouru aux services d’un interprète.

Si la technologie est en net progrès, mieux vaut néanmoins, tant que maintenant du moins, s’en tenir aux services des agences de traduction officielles… 😉

Laisser un commentaire sur cette article de presse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.