Assainissement des eaux usées en Belgique: chiffres et statistiques

Nous le savons toutes et tous: l’eau nous est vitale. Sans elle, il n’y aurait tout simplement pas de nous. Si nous l’avons, à tort, trop longtemps considéré comme une ressource inépuisable, nous avons désormais pris conscience qu’il nous fallait en prendre soin. Raison pour laquelle nous avons récemment redoublé d’efforts quant à l’assainissement de celle-ci. L’occasion peut-être de faire le point quant aux dernières statistiques en la matière. C’est parti!

Assainissement des eaux usées en Belgique: chiffres et statistiques

Réseau collectif et systèmes individuels: où en est-on?

Chez nous, comme ailleurs, il est possible d’assainir nos eaux usées par la biais de réseaux de collecte ou via ce que l’on appelle l’assainissement non collectif, les réseaux de collecte ne pouvant desservir la totalité des habitations et entreprises.

Les eaux usées ne peuvent être simplement relâchées dans nos champs, forêts et rivières une fois viciées, sous peine d’endommager faune et flore. L’assainissement de l’eau est donc, comme dit plus haut, impératif à notre survie. Il est dès lors important de mettre tous les moyens en oeuvre pour parvenir à une situation au minimum satisfaisante.

Au 1er janvier 2016, dernières statistiques en notre possession, le taux d’équipement de la Wallonie en stations d’épuration collectives s’élevait à 91%.

160.000 habitants, soit 9% des habitations wallonnes (dans l’incapacité de bénéficier de l’assainissement collectif), étaient alors équipées d’un système d’épuration individuel, dans la plupart des cas une micro-station d’épuration.

L’eau et les chiffres

Si les chiffres sont en hausse constante, ils répondent à un besoin important. Il faut en effet savoir qu’un habitant moyen consomme non moins de 150 litres d’eau… par jour! Si la Terre est surnommée la planète bleue, reste que seul 0,0001% de l’eau qui y est contenue combine les critères de potabilité et d’accessibilité.

Et comme il vaut mieux prévenir que guérir: on ferme les robinets lorsque l’on se brosse les temps, on répare les robinets qui fuient (un robinet qui fuit peut consommer jusqu’à 5L/heure!) et on privilégie les douches au bains. Des petits gestes qui, effectués au quotidien, peuvent participer à faire la différence… 😉

Laisser un commentaire sur cette article de presse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.