Anesthésie générale : quels risques ?

Tout acte chirurgical doit faire l’objet d’une anesthésie préalable. Le rôle de l’anesthésie à ce moment vise à rendre la zone à opérer insensible afin d’éviter les douleurs opératoires au patient. Cependant, toutes les anesthésies ne sont pas pareilles. Certaines visent à désensibiliser localement la zone à opérer, d’autres à rendre tout le corps insensible. Mais malgré ses bienfaits, qu’elle soit partielle ou totale, l’anesthésie présente des complications. Cet article présente les risques de l’anesthésie générale en chirurgie esthétique.

Les types d’anesthésie

En règle générale, il existe deux grandes formes d’anesthésie à savoir : les anesthésies partielles et l’anesthésie générale.

Les anesthésies partielles sont de trois formes quant à elles. On distingue l’anesthésie locale, administrée lors des chirurgies légères. Il s’agit d’une injection à base de lidocaïne le plus souvent.

L’anesthésie locale approfondie quant à elle sert à engourdir les sens sans entraîner une perte de connaissance. C’est ce type d’anesthésie qui est pratiquée lors de nombreux liftings, de la rhinoplastie ou de la liposuccion.

L’anesthésie régionale est réalisée pour insensibiliser la région du corps qui est opérée. L’injection se fait dans les environs des racines nerveuses. C’est le type d’anesthésie adapté à la liposuccion de la culotte de cheval ou lifting des cuisses, etc. Il s’agit d’une anesthésie péridurale.

Pour ce qui est de l’anesthésie générale, ce qui la caractérise c’est la perte de conscience qu’elle induit. L’injection se fait en intraveineuse et provoque une perte de connaissance. Cette anesthésie intervient au cours des chirurgies lourdes comme l’abdominoplastie avec ou sans liposuccion abdominale.

Les risques de l’anesthésie générale

Grâce aux progrès connus dans le domaine, les risques de mortalité ou de morbidité après une anesthésie générale sont fortement réduits. Néanmoins, il existe toujours des complications anesthésiques que le patient doit connaître.

Il faut rappeler que le choix de l’anesthésie fait l’objet d’une évaluation préalable au cours d’une consultation préopératoire avec l’anesthésiste. Celui-ci doit évaluer l’état de santé du patient ainsi que ses allergies. Ce qui permet de réduire les risques.

Néanmoins, certains produits anesthésiants peuvent provoquer des allergies au cours de l’opération. C’est pourquoi le médecin ou l’infirmier anesthésiste doit être présent lors de l’opération.

Parmi les complications courantes de l’anesthésie générale on peut évoquer les cas de nausées ou de vomissements après le réveil, les douleurs de la gorge ou une difficulté à avaler en raison de l’introduction du dispositif d’assistance respiratoire, une lésion dentaire ou une lésion nerveuse, musculaire ; des troubles de la mémoire, etc. La plupart de ces symptômes disparaissent les jours suivant l’intervention.

 

Laisser un commentaire sur cette article de presse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.